1919, 27 novembre, Traité de Neuilly-sur-Seine

 

Traité de Neuilly-sur-Seine, 27 novembre 1919

entre la Belgique, la Chine, Cuba, les États-Unis d’Amérique, l’Empire britannique, la France, la Grèce, le Hedjaz, l’Italie, le Japon, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, l’État serbe-croate-slovène, le Siam et la Tchécoslovaquie d’une part, et la Bulgarie d’autre part.

entre la Belgique, la Chine, Cuba, les États-Unis d’Amérique, l’Empire britannique, la France, la Grèce, le Hedjaz, l’Ita1ie, le Japon, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, l’État serbe-croate-slovène, le Siam et la Tchécoslovaquie d’une part, et la Bulgarie d’autre part

Le traitĂ© de Neuilly sur Seine de novembre 1919 est un traitĂ© signĂ© entre la Belgique, la Chine, Cuba, les États-Unis d’AmĂ©rique, l’Empire britannique, la France, la Grèce, le Hedjaz, l’Ita1ie, le Japon, la Pologne, le Portugal, la Roumanie, l’État serbe-croate-slovène, le Siam et la TchĂ©coslovaquie d’une part, et la Bulgarie d’autre part. Ce dernier rĂ©tablit les frontières après l’entrĂ©e en guerre de la Bulgarie, pendant la première guerre mondiale (1914-1918.) Au 20ème siècle, les États europĂ©ens s’affilient Ă  diffĂ©rentes alliances militaires. D’un cĂ´tĂ©, la triple entente, composĂ©e de la France, le Royaume Uni et la Russie. D’un autre, la triple alliance composĂ©e de l’Allemagne, l’Italie et l’Autriche Hongrie. L’assassinat de François Ferdinand d’Autriche, hĂ©ritier du trĂ´ne, Ă  Sarajevo le 28 juin 1914 par un Serbe marque le dĂ©but des hostilitĂ©s entre les deux États, menant Ă  l’entrĂ©e en guerre d’une majeure partie des États europĂ©ens de par le principe des alliances. La Bulgarie n’entre en guerre qu’en 1915, mais gagne rapidement en territoire, notamment en Serbie et en Roumanie.
Le traité stipule la perte d’une multitude de territoires tels que Stroumitsa ou Timok qui sont rendus aux Serbes, ou la Thrace occidentale, rendue à la Grèce.

Ă  venir

Le texte du traitĂ© est publiĂ© in

|7,8 Mo Martens, N. R. G., 3e série, t. XII, n° 70, pp. 323-423

Pour les références bibliographiques des recueils mentionnés ci-dessous, voy. la page consacrée aux recueils de traités